Nov 162010
 

Départ 7h50, il fait encore nuit.

Le jour se lève

Il ne pleut pas encore. Nous faisons attention de ne pas ralentir et de garder une vitesse supérieure à 5km/h. La pluie finit par faire son apparition.

Juste avant d'entrer dans Santiago

Arrivée à Santiago, la traversée de la ville est longue, mais nous finissons par arriver à la cathédrale. Il y a de la police et des gardes de sécurité partout. Il est interdit d’entrer dans la cathédrale avec son sac, il faut le laisser à la consigne à 2 euros. À 11h50, la cathédrale est déjà pleine pour la messe des pèlerins (pèlerins sans sacs, bien évidemment), mais ce ne sont pas des pèlerins qui la remplissent. Comme on est réduit à voir la messe sur un écran de télé dans un recoin de la cathédrale et qu’en plus on n’est pas fous de la messe, on se casse.

Devant l'arrière de la cathédrale

Nous retrouvons le groupe d’Espagnols au Gato Negro pour manger des fruits de mer.

Les tasses nous attendent pour trinquer une dernière fois

Un magasin sur deux ici est une boutique de souvenirs du Camino de Santiago. De vieux pèlerins nous disent qu’il y a quelques années on pouvait entrer dans la cathédrale avec les sacs. Il faut bien comprendre la relation qu’un pèlerin peut entretenir avec son sac au fil des semaines. Nous allons chercher notre Compostella, un billet de train pour Madrid. Nous retraversons la ville à pied pour prendre une douche dans une auberge et nous passons la nuit dans le train.

[suffusion-the-author]

[suffusion-the-author display='description']

Sorry, the comment form is closed at this time.