Negreira – Santiago – jour 22 – 22km

 Posted by at 14 h 01 min  Chemin de Compostelle, Espagne, Rando  Comments Off on Negreira – Santiago – jour 22 – 22km
Jun 082018
 

Dernier jour. Matin tranquille, Sara m’a gentiment laissé un café à réchauffer. 

La douleur au tibia n’a pas disparue mais reste supportable. Les montées vont bien, les descentes plus lentes.

Le soleil est de retour, je suis joyeux.

À l’approche de Santiago.

Je croise pas mal de pèlerins. La plupart reviendront en bus.

La pluie ne commence qu’une fois arrivé à l’auberge.
Stats : total avec sac et gps : 545km, 20j de marche, moyenne 27,3km par jour.

0 ampoules.

4,5 jours de pluie et seulement sur l’épilogue.

Olveiroa – Negreira – jour 21 – 35km

 Posted by at 14 h 28 min  Chemin de Compostelle, Espagne, Rando  Comments Off on Olveiroa – Negreira – jour 21 – 35km
Jun 072018
 

Étape difficile sous la pluie, beaucoup de bords de route et douleur devant le tibia droit. J’avais déjà fait ce tronçon en sens inverse en direction de Muxia.

Bonheur de retrouver Sara de l’auberge. Elle me met dans une chambre tout seul.

Demain, dernier jour de marche.

Lires – Fistera – jour 19 – 15+7km

 Posted by at 11 h 10 min  Chemin de Compostelle, Espagne, Rando  Comments Off on Lires – Fistera – jour 19 – 15+7km
Jun 062018
 

Encore de la pluie pour cette étape.

L’auberge municipale de Fistera n’est pas vraiment formidable.

Marche jusqu’au cap Finistère perdu dans les nuages, on ne voit hélas pas grand chose. 

Km0

Jun 042018
 

L’auberge Bela Muxia était vraiment bien. Réveil avec de la pluie. Je vais à l’épicerie à 9h faire mes achats de fruits et conserve de poisson et poulpe habituels.

Première journée avec de la grosse pluie, presque durant toute l’étape. J’ai le temps et ayant anticipé la pluie j’avais décidé d’arrêter à Lires,  à mi chemin de Finistère.

Arrivé à l’auberge, le soleil pointe d’un nez. Après une bonne sieste, je fais un tour à la plage.

Dumbria – Muxia – jour 17 – 23km

 Posted by at 2 h 00 min  Chemin de Compostelle, Espagne, Rando  Comments Off on Dumbria – Muxia – jour 17 – 23km
Jun 042018
 

Étape facile. Presque le dernier à sortir de l’auberge comme d’habitude. Départ un peu difficile. La fatigue de la veille se fait sentir et mon tendon gauche aussi. Premier café après 6.5 km et quelques étirements, et plus de problème de tendon, ni de fatigue.

La pluie arrive et je dois sortir le poncho. Je croise la camionnette d’une boulangerie et achète un pain au chocolat parce que c’est dimanche. La boulangère parle français, elle a déjà travaillé en Suisse.
Pas longtemps après, on aperçoit la mer.

Negreira – Dumbria – jour 16 – 45km

 Posted by at 13 h 50 min  Chemin de Compostelle, Espagne, Rando  Comments Off on Negreira – Dumbria – jour 16 – 45km
Jun 022018
 

Après une excellente nuit dans l’excellente auberge Anjana. Départ tranquille. Le sac était plein de provisions car pas d’épicerie prévue sur le parcours. 

Beaucoup de cyclistes qui passent en frôlant.

L’auberge que j’avais en vue affichait complet à cause des réservations. J’ai donc marché 8km de plus pour atteindre l’excellente auberge municipale de Dumbria.

Santiago – Negreira – jour 15 – 22km

 Posted by at 11 h 10 min  Chemin de Compostelle, Espagne, Rando  Comments Off on Santiago – Negreira – jour 15 – 22km
Jun 012018
 

Passage par la praza de obratorio et départ officiel du camino para Muxia y Fisterra.

Étape plus tranquille, petite montée quand même. On croise des pèlerins qui reviennent à Santiago, comme ce que je prévois faire.

Aucune douleur, je suis content, tout va bien.

On passe par un magnifique pont romain.

O Pedrouzo – Santiago – jour 14 – 21 km

 Posted by at 14 h 23 min  Chemin de Compostelle, Espagne, Rando  Comments Off on O Pedrouzo – Santiago – jour 14 – 21 km
May 312018
 

Nuit pas si réparatrice à cause de voisins bruyants tard le soir et dès 5h30. 

Étape courte, déjà parcourue en 2010.

Il y a beaucoup de monde sur le chemin.

Hâte de me reposer, je ne suis pas blessé, mais je ressens encore la fatigue de la veille. Accueil de merde au seminario menor, mais j’ai une chambre individuelle pour 17 euros, bonne sieste.

Je croise quelques têtes connues, notamment le groupe de mamies mexicaines, on est bien contents de se revoir.

As Seixas – O Pedrouzo – jour 13 – 49km

 Posted by at 13 h 26 min  Chemin de Compostelle, Espagne, Rando  Comments Off on As Seixas – O Pedrouzo – jour 13 – 49km
May 302018
 

L’ibuprofène de la veille a dû faire des miracles, aucune douleur, c’est l’état de grâce. Il me reste une quinzaine de km sur le primitivo avant de rejoindre l’autoroute à pèlerins. Bruine un peu mouillante, mais pas assez pour sortir le poncho.

Après Melide, on est moins seul. Il y a facilement 5 turigrinos pour 1 pèlerin. On les reconnaît à leur petit sac, la coiffure impeccable et la sempiternelle coquille st Jacques. À l’origine, cette coquille on la ramenait de Compostelle, on ne l’y apportait pas.

Les 39 premiers km se sont bien déroulés, à bonne vitesse. J’ai un peu plus souffert pour les 10 derniers. Légère douleur au tendon d’Achille droit. Un peu d’arnica et un ibuprofène, on verra demain ce que ça donne. Seulement 20km au programme.

Lugo – As Seixas – jour 12 – 37 km

 Posted by at 12 h 57 min  Chemin de Compostelle, Espagne, Rando  Comments Off on Lugo – As Seixas – jour 12 – 37 km
May 292018
 

Départ un peu difficile, sous la pluie. Première utilisation du poncho et même des mini guêtres. Fonctionnement globalement satisfaisant. Ce qui était moins satisfaisant, c’était une douleur au niveau d’une fracture vieille de 25 ans.

À la sortie de Lugo, je quitte le camino primitivo pour le camino verde, en direction de Santa Eulalia de Boveda.

Le chemin est vraiment beau, mais la végétation me mouille.

Petite angoisse arrivé à Santa Eulalia, tout semble fermé. Dépité, je continue doucement et croise le responsable qui était en train de faire visiter. Moment émouvant dans cette crypte du 4eme siècle servant probablement à des rites païens.


Je rejoins ensuite le chemin primitif.

On est maintenant à moins de 100km de Santiago et on commence à croiser des turigrinos c’est-à-dire des gens qui font juste des 100 derniers kilomètres en se faisant transporter leur sac.

Castroverde – Lugo – jour 9 – 22km

 Posted by at 3 h 02 min  Chemin de Compostelle, Espagne, Rando  Comments Off on Castroverde – Lugo – jour 9 – 22km
May 272018
 

Dernière étape que je fais avec Alfonso et Pilar. Plat, légère descente, aucune difficulté mais pas mal d’asphalte.

Après un bref arrêt café chez des gens qui vont ouvrir une auberge, nous passons par le village abandonné de Soutomerille. Avec son église du 10e siècle, reconstruite un peu plus tard.

Ensuite, arrivée à Lugo où trouve l’unique muraille romaine intacte, longue de 3km, sur laquelle on peut marcher.

Castro – A Fonsagra – jour 7 – 21 km

 Posted by at 9 h 04 min  Chemin de Compostelle, Espagne, Rando  Comments Off on Castro – A Fonsagra – jour 7 – 21 km
May 242018
 

Petite étape tranquille aujourd’hui, il y a moins d’options pour le logement.

Nous sommes au dessus des nuages en bonne partie, ce qui rend magiques les paysages traversés.

Nous quittons les Asturies pour la Galice.

Berducedo – Castro – jour 6 – 28km

 Posted by at 1 h 08 min  Chemin de Compostelle, Espagne, Rando  Comments Off on Berducedo – Castro – jour 6 – 28km
May 242018
 

Un peu plus d’asphalte aujourd’hui, mais pas trop encore.

Je croise rapidement le groupe de mexicaines puis les quitte. Elles s’arrêteront avant, à Grandas de Salime. Après une bonne montée, on commence la descente vers le barrage dans les bois. J’y retrouve Alfonso et Pilar, le couple d’espagnols avec qui j’ai sympathisé et qui avaient poursuivi 5km de plus la veille. Alfonso me prête son téléphone pour réserver l’auberge de Castro ce soir.

La vue sur la vallée, le lac et le barrage sont impressionnants. Ils s’arrêtent dans un bar après la traversée du barrage et je continue. Longue montée sur une route sinueuse mais peu fréquentée. Le soleil commence à taper fort.

Je croise le couple de portugais dans une petite boutique à Grandas de Salime. 

L’auberge de Castro est vraiment bien. Propre, pratique et super accueil.

Le soir, visite du Castro, seul. Site fortifié occupé pendant 20 siècles depuis le néolithique.

Campiello – Berducedo – jour 5 – 30km

 Posted by at 8 h 50 min  Chemin de Compostelle, Espagne, Rando  Comments Off on Campiello – Berducedo – jour 5 – 30km
May 232018
 

 Levé 6h30, ça commençait à bouger à 6h dans le dortoir. Tout le monde voulait partir tôt pour cette grande étape.

On a bien grimpé, et une bonne partie de la journée s’est passée en haut des montagnes. De magnifiques paysages. Un moment fort de ce camino.

Normalement c’est 27km, mais j’ai suivi le couple d’espagnols sympathique qui s’était trompé de chemin, résultat 3km de plus une bonne descente suivie d’une bonne soirée.

Vaches en liberté.

Nous croisons des ruines des anciens hospitales de pèlerins, 13e et 15e siècle.

Bodenaya – Campiello – jour 4 – 26km

 Posted by at 12 h 21 min  Chemin de Compostelle, Espagne, Rando  Comments Off on Bodenaya – Campiello – jour 4 – 26km
May 212018
 

Lever à 7h avec le reste du groupe. Petit déjeuner léger et je pars le dernier à 8h15.

Encore de très beaux paysages, peu de route. Ça monte, ça descend, ça monte, ça descend.

Décidément, on a bien de la chance avec le temps. Pas de pluie, un beau soleil, pas trop chaud. Le sentier est parfois boueux, heureusement, il n’a pas plu suffisamment pour le rendre impraticable.

Jolie vue sur les cimes enneigées des Asturies.

San Juan de Villapañada – Bodenaya – jour 3 – 29km

 Posted by at 12 h 19 min  Chemin de Compostelle, Espagne, Rando  Comments Off on San Juan de Villapañada – Bodenaya – jour 3 – 29km
May 202018
 

Levé tranquille, départ à 7h50. Superbe journée, très peu de route, beaucoup de chemins et aussi de dénivelés.

Arrêt au monastère de Cornellana. En cours de restauration pour ses 1000 ans en 2028.

Cascade de Nonaya.

Arrivée à l’auberge de Bodenaya à 15h20.

Auberge un peu hippie, 

Escamplero – San Juan de Villapañada – jour 2 – 18km

 Posted by at 11 h 55 min  Chemin de Compostelle, Espagne, Rando  Comments Off on Escamplero – San Juan de Villapañada – jour 2 – 18km
May 202018
 

Encore une belle journée, soleil, température agréable.

Paysages agricoles et de forêt d’un autre temps, vraiment beau. 

Un petit détour me fait découvrir des fouilles archéologiques de thermes romains collés à l’église Santa Eulalia de Valduno.

Petite pause à Grado pour une connexion wifi et épicerie puis on monte jusqu’à l’auberge qui se remplit assez rapidement et ça commence assez vite à sentir le fauve. Mais la vue est superbe.

L’auberge est finalement pleine. L’hospitalero va conduire trois femmes à l’auberge suivante.
Je commence le chemin avec des petites étapes afin de ne pas arriver trop tôt à Lugo. Je veux visiter l’église paléo chrétienne de Santa Eulalia de Boveda qui est fermée dimanche et lundi.

Et c’est reparti!

 Posted by at 19 h 19 min  Chemin de Compostelle, Espagne, Préparatifs, Rando  Comments Off on Et c’est reparti!
May 162018
 

Demain je serai à Oviedo, de retour sur les chemins de Compostelle.

Cette fois, ce sera le chemin primitif, premier chemin inauguré vers l’an 810 par Alphonse II le chaste, allant reconnaître les reliques de st Jacques le majeur. Chemin moins fréquenté et réputé plus difficile, mais aussi parmi les plus beaux.

Ensuite, si mes jambes le permettent, ce sera l’épilogue du chemin jusqu’à ce qui était considéré comme la fin du monde occidental lorsque la terre était plate.

Poids total de mes bagages, incluant la polaire et le coupe vent : moins de 8kg.

Isla del Sol jour 1

 Posted by at 22 h 41 min  Bolivie, Rando, voyages  1 Response »
Feb 092011
 

Nous nous entassons dans un bateau pour nous rendre dans la partie nord de l’île. Nous trouvons à nous loger rapidement. C’est bas de plafond et les lits sont raides, mais c’est propre. Nous déposons ce dont nous n’avons pas besoin pour la journée avant de partir en exploration. L’île est vraiment belle. Nous nous attendions à des rochers sacrés qui sortent plus de l’ordinaire.

Retrouvailles

Bhhhéééé

Isla del Sol

Encore Isla del Sol

Il y a des cochons en liberté et peu de chiens. Nous pique-niquons sous le rocher du Puma, qui parait-il ressemble à une tête de puma. Grosse fatigue, nous retournons faire une sieste avant de retourner faire des photos et déambuler près du port.

encore

Les nuages et montagnes du lac Titicaca

Soleil couchant

Pisac

 Posted by at 22 h 51 min  Pérou, Rando, voyages  Comments Off on Pisac
Feb 012011
 

Nous partons avec Émilien, notre compagnon de tente lors du trek de Choquequirao. Voyage en collectivo jusqu’au village de Pisac. Nous traversons le marché artisanal pour nous rendre au chemin qui mène aux ruines qui surplombent le village. À l’entrée du site, on nous demande nos boletos turisticos (un billet très cher qui permet de visiter plusieurs sites). Bien sûr, on n’a pas ça. Ils nous disent que c’est obligatoire (alors que ça ne l’est pas) mais qu’ils vont nous faire une fleur en ne nous faisant payer que le prix pour les péruviens à 40 soles. En fait, 40 soles, c’est le prix pour les étrangers. Par contre, ils nous disent qu’ils n’ont pas de billets d’entrée disponibles et nous demandent de laisser 40 soles et de payer les 40 soles restantes à la sortie. Bien sûr, ça sent l’arnaque puisque c’est quand même étonnant que la guitoune d’entrée à un site ne soit pas pourvue de billets, mais comme pour le moment ça nous fait payer moitié prix, nous acceptons. C’est encore une bonne montée pour arriver aux ruines qui surplombent l’entrée de la vallée sacrée des Incas.

Poste de surveillance

Porte du temple du soleil

Entrée du tunel Inca

Pisac

La vallée sacrée des Incas

Ce qu’il y a de bien aussi avec ce site, c’est qu’il a plusieurs entrées et nous ressortons par celle du milieu où personne ne nous demande rien. Nous attendons un taxi patiemment au bord de la route pour nous ramener au village (la route est pleine de zigzags pour redescendre tout ce que nous avons monté et il est midi passé). Un taxi s’arrête. Il y a déjà du monde et plein de trucs dans le coffre. Une femme en habit traditionnel quitte sa place à l’avant du taxi pour s’installer dans le coffre et une autre passagère à l’arrière fait de même avant que nous ayons pu dire quoi que ce soit. Le chauffeur nous explique que c’est une vendeuse du site qu’il va déposer dans pas longtemps. Il nous fait un bon prix, nous nous entassons dans le taxi. Il y a aussi une femme avec un bébé dans les bras à l’arrière. Assez rapidement, le taxi s’arrête pour déposer les 2 femmes du coffre. Lorsqu’il s’arrête pour déposer la femme avec le bébé, il y a des gens sur le bord de la route qui font signe au taxi. Ils s’approchent, mais finissent par reculer lorsqu’ils nous voient. Il a fallu dire au taxi que ça nous dérangeait pas qu’il fasse monter d’autres passagers pour qu’il leur fasse signe. Un est monté à l’arrière et 2 dans le coffre. Dans une ville il ne faut pas accepter de faire monter d’autres passagers, mais à la campagne, c’est normal. Nous sommes contents, au final, nous aurons payé la moitié du prix d’entrée du site par contre les gardiens en bas auront probablement mis l’argent directement dans leurs poches.
À l’hôtel le soir, nous nous préparons un souper avec Émilien.

Retour de Choquequirao, jour 5

 Posted by at 23 h 30 min  Pérou, Rando  Comments Off on Retour de Choquequirao, jour 5
Jan 302011
 

Lever à 5 h. Nous partons de bonne heure, évitant ainsi le soleil pour la dernière montée. Nous laissons les mules et notre muletier à Cachora. Les taxis nous mènent au bord de la route où nous attendons qu’un bus veuille bien s’arrêter. Celui qui s’arrête pour nous est une poubelle. Les passagers jettent leurs détritus dans l’allée ou par la fenêtre. Il y a toutes sortes de bouteilles remplies de jus de pommes dans le couloir, mais ce n’est probablement pas du jus de pommes. Comme c’est un bus qui s’est arrêté pour nous, forcément il s’arrête souvent. De nombreux vendeurs ambulants montent et les passagers achètent de la bouffe, ce qui ajoute d’autres déchets. Nous arrivons cependant à bon port et aucun des autres passagers ne s’est plaint de l’odeur des randonneurs dont certains ne se sont pas lavés depuis 5 jours (non, ce n’est pas nous, on a pris la douche froide le 2eme soir). Arrivés à l’hôtel, il nous faut attendre 1 heure que le réservoir d’eau se remplisse avant de prendre une douche (normalement elle était chaude, mais j’ai dû changer de douche en cours de savonnage, because l’eau sortait toute froide…)

Bilan : Nous sommes enchantés d’avoir fait ce trek, même s’il est très demandant. Comme beaucoup de ruines Inca, ce n’est pas tant l’architecture que l’environnement dans lequel se situent les ruines qui est beau. Nous sommes heureux également d’avoir visité ces ruines avant que le gouvernement Péruvien n’en fasse un autre Machu Picchu.

Choquequirao, jour 3

 Posted by at 22 h 06 min  Pérou, Rando  Comments Off on Choquequirao, jour 3
Jan 282011
 

Lever sous la pluie. C’est le grand jour! Il nous reste 3 km pour accéder aux ruines, par contre c’est loin d’être plat.

Réalisé sans trucages

La végétation a changé, elle est épaisse, c’est la jungle qui recouvre tout en peu de temps. La cité a été abandonnée par ses habitants pendant la conquête espagnole pour se réfugier vers Vilcabamba et ce n’est qu’après qu’elle a été « découverte ».

La photo typique du site depuis l'observatoire

Idem

Les fameuses terrasses aux lamas

...avec leur arriero

Vue d'ensemble des lamas lors d'une éclaircie

Plaza principale

En attendant les condors (qui ne sont jamais venus, pas plus que les ours!)

arc en ciel au dessus de la jungle de Choquequirao

Une petite partie des terrasses dégagées, les autres sont encore recouvertes.

Les terrasses sur des surfaces vraiment pentues sont frappantes. Nous avions le site pour nous tous seuls, nous n’avons rencontré qu’un groupe de 3 personnes de toute la journée.

Jan 272011
 

Samana Wasi (2300m) – rio Apurímac (1500m) – Marampata (2900m) 12.5 km

Randonnée éprouvante aujourd’hui, beaucoup de dénivelés. À mesure que nous descendons vers la rivière, la chaleur se fait humide. Nous trouvons des arbres fruitiers tropicaux comme des manguiers, les moustiques se font aussi plus présents. Écran solaire et répulsif obligatoires!
Les mules portent les tentes, le gaz, la vaisselle et nos affaires, sauf ce dont on a besoin lors de la marche, car elles ne sont pas souvent avec nous. Il n’y a pas beaucoup de monde sur le chemin. Nous croisons un français qui revient de Choquequirao. Il y a été tout seul, en portant sa tente et sa nourriture. Heureusement qu’il est facile de trouver de l’eau dans les camps que l’on peut désinfecter avec des pastilles.

Le rio Apurímac dans toute sa force

Après la traversée de la rivière commence la dure montée jusqu’au camp de Marampata. Il y a une douche à eau froide et pommeau de douche en bouteille de plastique, des poules avec leurs poussins et quelques familles y vivent.

Douche rustique, pour couper l'eau il faut débrancher le tuyau à l'extérieur.

On peut y acheter de tout. Tout arrive à dos de mules.

Le camp

En route pour Choquequirao, jour 1

 Posted by at 23 h 33 min  Pérou, Rando  Comments Off on En route pour Choquequirao, jour 1
Jan 262011
 

Cachora (2900m) – Samana Wasi (2300m) 14 km

Prologue:
Au début, nous voulions aller au Machu Picchu, mais plus nous nous informions, plus nous trouvions des choses qui nous déplaisaient : un prix d’entrée de plus de 120 soles (équivalent à 6 nuits d’hôtel !), le train pour y aller qui appartient à des anglais (bénéfice minime pour les péruviens) et dont le rapport qualité/prix est plus que médiocre et enfin devoir se dépêcher pour être parmi les 400 qui pourront grimper sur le Wayna Picchu. La route alternative qui évite le train est problématique en cette saison des pluies, à cause des éboulements sur les routes. Bref, le Machu Picchu frise l’arnaque à touristes et nous avons décidé de faire une croix dessus.
Lors de notre étape à Nasca, nous avions entendu parler des ruines de Choquequirao qui ne sont accessible qu’à pied. Certains les décrivent comme le nouveau Machu Picchu. Le frère du proprio de l’hôtel est guide et nous propose de nous y emmener. Les agences de Cusco proposent de le faire en 4 jour/3nuits, mais ça ne laisse que quelques heures sur le site après une montée éprouvante. Nous allons le faire en 5 jours pour passer le 3eme jour en entier sur le site. D’autres Français de l’hôtel vont se joindre à nous, ce qui permet de faire baisser le prix individuel. Au total nous serons 5 visiteurs, 1 guide, 1 aide cuisinier, un muletier et 3 mules.
Pour accéder aux ruines, il faut traverser le canyon de la rivière Apurímac. On part d’une altitude de 2900m, pour rejoindre la rivière à 1500m puis on remonte jusqu’aux ruines sises à un peu plus de 3000m d’altitude, le tout en 30 km. Pour le retour, c’est la même chose en sens inverse.

Départ à 5h30 de l’hôtel pour le terminal terrestre ou nous prenons le bus de 6 heures qui nous dépose au bord de la route qui mène à Cachora. De là, nous prenons 2 taxis, des Toyota qui avaient déjà bien roulé et qui descendent la route en terre à toute allure. Nous frôlons les chiens et le bétail qui sont sur la route. Il est presque midi lorsque nous arrivons à Cachora où nous rencontrons notre muletier avant de manger.
Départ sous la pluie. Le début est relativement plat. Notre guide nous montre les plantes.

Petite pause

Sur le chemin avec les mules

magnifique

Après le mirador de Capuliyoc, nous commençons la descente, les mules nous rejoignent et nous nous installons au camp de Samana Wasi à 2300m d’altitude. Normalement, on aurait dû camper plus bas, mais la fille de l’expédition était un peu malade. Finalement, c’est mieux parce que plus bas, il y a des moustiques. Par contre, les installations sanitaires ici sont vraiment rudimentaires. Excellent repas au milieu des Andes majestueuses.

Vue à partir du camp

On termine de monter les tentes

On termine de monter les tentes

Cañon del rio Apurímac